Panier - 0,00 €

Votre panier est vide.

 

Protection des données et numérique

Les données personnelles et numériques correspondent à tous les éléments d’identification des individus concernant les informations qui leur sont attachées. La protection de ces données est liée à la protection de la vie privée et des droits fondamentaux de la personne. Ils font l’objet d’un encadrement juridique national qui inclut le droit de l’Union Européenne. Il est donc important d'y prêter une attention particulière lorsque que vous êtes dans une situation qui porte atteinte à votre vie privée ou lorsque vous rédigez des documents qui concernent directement ou indirectement les données personnelles et numériques.

Bon à savoir

La protection des données personnelles en droit français est mise en œuvre dans le cadre du traitement de ces données et le contrôle de l’identification des utilisateurs. A ce titre, le droit français élabore un premier texte relatif à la protection des données personnelles en 1978 dans le cadre d’une loi, dite « informatique et libertés », qui protège le caractère personnel de la donnée, ce qui garantit le respect à la vie privée des personnes physiques pour ce qui est de la récolte des données personnelles numérisées.

En droit pénal, les dispositions du Code pénal protègent également les données personnelles des personnes physiques aux articles 226-16 et 226-16-1-1 et l’entrave est passible d’une peine de prison et d’amende.

Les éléments relatifs aux données personnelles et juridiques numérisées touchent l’identification de la personne par le biais de son adresse IP (Internet Protocol), soit le numéro d’identification de chaque appareil connecté à un réseau internet, en récoltant ses éléments de paramètres informatiques de connexion, ses communications liées à l’utilisation d’internet et à l’utilisation de sites internet récoltants des informations sur la personne, dans le cadre de réseaux sociaux ou encore l’informatisation des registres de données liées à l’état civil des personnes par l’enregistrement de leur empreintes génétiques.

Les utilisateurs d’objets numériques sont protégés par les dispositions légales et la sanction liée à la protection à la transgression des textes.

Néanmoins, les utilisateurs dans le cadre de la rédaction de leur :
• Contrats informatiques et numériques ;
• Conventions diverses ;
• Accords ;
• Acceptation ou propositions de conditions générales de vente et d’utilisation ;
• Courriers divers et réclamations ;
• Formulaires d’envois ;

Acceptent en fonction de la hauteur de leur consentement qu’une atteinte à la vie privée soit effectuée.

Il est donc nécessaire de rédiger avec minutie les documents liés à la protection des données personnelles et numériques en prenant en compte la volonté des parties et les textes en vigueur concernant le droit à la protection de la vie privée des personnes. Elle concerne les personnes physiques et morales, ce qui signifie qu’elle peut concerner aussi bien une société, un organisme, un établissement, une entreprise ou une institution qu’un particulier, professionnel ou non.

Récemment est entré en vigueur en droit français, sur transposition des textes réglementaires Européens, le Règlement Général sur la Protection des Données (RGPD). Celui-ci renforce l’obligation du droit à l’information des personnes, dont les données sont récoltées, et augmente par conséquent le nombre de mentions obligatoires à mentionner dans les documents qui concernent les données personnelles et numériques.

La protection des données personnelles et numériques donne lieu à un contrôle des mesures de surveillance par la Commission nationale de contrôle des techniques de renseignements mais également et surtout par la Commission informatique et liberté (CNIL). La CNIL garantit le droit de recours des utilisateurs et a pour but d’alourdir les sanctions liées à la protection des données personnelles informatisées. Ses prétentions s’étendent à une dimension internationale. Le respect des textes législatifs est très important dans le domaine de la protection des données personnelles et numériques. En effet, l’atteinte des droits au respect de la vie privée liée aux données personnelles est sanctionnée à l’article 14 du RGPD, qui prévoit une amende pouvant aller jusqu’à 20 millions d’euros. Elle s’articule avec les dispositions du Code pénal français et s’applique au manquement de vigilance de l'auteur ou à l’infraction sur le territoire européen ou non.