Contrat à durée déterminée (CDD)

Garantie

Ce document est garanti à jour 18-07-2024

Signature>

Signez votre document éléctroniquement

Microsoft word

Format Word
modifiable

Contrat à durée déterminée (CDD)
Télécharger
L'équipe juridique Comod

Ce document a été rédigé, puis est maintenu à jour par :

L'équipe juridique Comod

Icone juriste

Élaboré par des juristes expérimentés

Document éditable

Personnalisable selon vos besoins

Garantie

Garanti à jour et facile à utiliser pour tous

Base de données

Accès illimité à notre base de documents

Logo Comod

Signature électronique avec effet légal

Photo support client

Support client à votre écoute

Qu'est-ce qu'un CDD ?

C'est quoi un CDD ?

Le contrat de travail à durée déterminée (CDD) n’est pas la forme normale et générale de la relation de travail. Il n’est possible que lorsque l’employeur a une tâche précise et temporaire à confier à un nouveau salarié. Cette possibilité devra faire partie des cas énumérés par la loi. Un CDD pourra être à temps plein ou à temps partiel.

Quel motif pour le CDD ?

La loi et le Code du travail ont prévu plusieurs cas de figure permettant le recours au CDD pour les employeurs. Y figurent notamment le remplacement d’un salarié absent, l’accroissement temporaire de l’activité de l’entreprise, des commandes exceptionnelles, les emplois à caractère saisonnier (secteurs où le rythme en fonction des saisons est différent), etc.

Quelles sont les règles en-terme de renouvellement de CDD ?

Quelles sont les modalités de durée d’un CDD ?

Dans le cas général, la durée maximale est de 18 mois. Par exemple cette durée maximale peut être portée à 24 mois pour les contrats exécutés à l'étranger ou alors limitée à 9 mois pour le recours au CDD dans l'attente du recrutement d'une personne en CDI.

En cas de convention collective ou accord de branche, il pourra y avoir un cadre de la politique de l'emploi, et il sera éventuellement possible de fixer la durée totale du CDD et la possibilité de recourir à un nouveau CDD. Cette durée ne peut avoir pour effet de pourvoir durablement un emploi lié à l’activité normale et permanente de l’entreprise car dans ce cas la relation contractuelle serait à durée indéterminée. Il existe également un délai de carence qui empêche l’employeur de conclure un nouveau contrat à durée déterminée juste après qu’un contrat a pris fin.

Quel est le délai de carence d'un contrat à durée déterminée ?

Ce délai est égal au tiers de la durée du contrat venu à expiration si la durée de ce contrat est de 14 jours ou plus, ou à la moitié de la durée du contrat si sa durée est inférieure à 14 jours. Ce délai de carence est prévu à l'Art. I.1244-3 du Code du travail.

À défaut de stipulations dans une convention collective ou un accord de branche, le délai de carence n’est pas applicable pour les motifs suivants :

  • Lorsque le CDD est conclu pour assurer le remplacement d’un salarié ;
  • Lorsqu’il est conclu pour l’exécution de travaux urgents nécessités par des mesures de sécurité ;
  • Lorsqu’il est conclu pour pourvoir un emploi à caractère saisonnier ;
  • Lorsque le salarié est à l’initiative d’une rupture anticipée du contrat ;
  • Lorsque le salarié refuse le renouvellement de son contrat.

Quel est le nombre maximal de CDD que l'on peut faire ?

Il sera possible pour un CDD d'être renouvelé, mais ce renouvellement est limité car la nature de ce type de contrat est d'être temporaire et de ne pas pourvoir durablement à un emploi qui correspond à l'activité normale d'une entreprise.

Ainsi, le Code du travail prévoit que les conventions collectives pourront prévoir un nombre limité de renouvellements. Ainsi une clause de renouvellement pourra être insérée et prévue au sein du contrat de travail un d'un avenant.

L'Art. l.1243-13 du code du travail prévoit que dans le cas échéant, lorsque aucune convention ou accord de branche de prévoit la possibilité du renouvellement du CDD celui-ci est limité à deux fois.

Comment rompre/mettre fin au contrat à durée déterminée ?

Qu’est-ce que la rupture pendant la période d'essai ?

Pendant la période d'essai, il pourra être mis fin au CDD et ce sans donner de motif particulier étant donné que le but de la période d’essai est de permettre au salarié et à l’employeur de voir si le contrat peut être durable et perduré ou non-durable et être rompu.

Comment fonctionne la rupture anticipée ?

La rupture anticipée du CDD est encadrée par la loi, plus particulièrement par les articles L.1243-1 et suivants du Code du travail qui prévoient des cas restreints de rupture avant le terme prévu qui sont les suivants :

  • Commun accord
  • Démission du salarié qui a conclu un CDI (en fournissant une promesse d'embauche par exemple)
  • Faute grave
  • Force majeure
  • Inaptitude médicalement constatée par le médecin du travail

Vous trouverez sur notre site un modèle de lettre de rupture anticipée du contrat à durée déterminée à télécharger. Le Code du travail ne prévoit aucune autre possibilité de rupture anticipée du CDD Dans le cas où l'employeur ne respecte pas ces règles, le salarié pourra se prévaloir d'un préjudice indemnisable et demander des dommages et intérêts.

Quelles sont les indemnités de fin ou prime de précarité ?

À la rupture du CDD, le salarié aura droit à une indemnité de fin de contrat appelée prime de précarité. Cependant ce droit à l'indemnité de précarité peut être refusé dans plusieurs cas, tels que pour motif faute grave ou de force majeure, pour les contrats saisonniers (par exemple les jobs d'été pour les étudiants en vacances scolaires), le contrat unique d'insertion, (CUI-CAE ou CUI-CIE) et bien d'autres situations. Le montant de l'indemnité de précarité ne peut dépasser 10% de la rémunération brute totale versée pendant le CDD.

Enfin, lors de la rupture du contrat, le salarié devra recevoir des documents obligatoires tel que le solde de tout compte ou l'attestation de travail.

Quelles sont les modalités de rédaction d’un CDD ?

Pourquoi rédiger un contrat à durée déterminée ?

Le contrat à durée déterminée, pour être valable, doit être conclu dans un cadre déterminé par la loi. Il demeure la base de la relation de travail entre l’employeur et son salarié et devra conférer une sécurité juridique aux deux parties.

Également, le contrat de travail à durée déterminée aura pour principal intérêt de définir les obligations, la mission du salarié et les conditions d’exécution de celle-ci comme les horaires, la mise à disposition d’outils spécifiques de travail, la rémunération du salarié etc.

Comment rédiger un contrat à durée déterminée ?

Afin de rédiger convenablement un contrat de travail à durée déterminée, il vous faudra respecter les dispositions du Code du travail. Celui-ci, pour être valide, devra nécessairement être prévu pour une mission spécifique et dans des conditions établies par la loi. Dans le cas où il y a un non-respect de ces mentions prévues au contrat, il pourra y avoir requalification en CDI. Les parties devront prévoir tous les points importants concernant leur relation contractuelle.

Il devra être établi par écrit en plusieurs exemplaires selon le nombre de parties concernées : généralement en deux exemplaires, un pour l’employeur et l’autre pour l’employé.

Pour ce faire, il convient de faire apparaître au sein du CDD les éléments suivants :

  • L’engagement de la société à prendre le salarié pour une fonction spécifiquement définie ;
  • L’objet et la durée du contrat (possible clause de renouvellement) ;
  • La détermination d’une possible période d’essai, avec la durée et la date de début de celle-ci ;
  • La durée de travail du salarié par semaine ;
  • Le lieu du travail ;
  • La rémunération du salarié en euros ;
  • L’indemnisation de ses frais professionnels si besoin est ;
  • L’attribution de congés payés dans les conditions de droit commun ;
  • La possible rupture anticipée du contrat (généralement impossible sauf en cas de faute lourde, de force majeure, ou si le salarié justifie de la conclusion d’un contrat à durée indéterminée) ;
  • Les obligations professionnelles du salarié ;
  • La confidentialité des parties au contrat ;
  • Les possibles indemnités de fin de contrat ;
  • Les moyens de communications du salarié ;
  • Enfin, ses possibles avantages sociaux dans l’entreprise.

Notre modèle/exemple de Contrat à Durée Déterminée (CDD) à télécharger

Le présent modèle de document juridique s'établit sous la forme classique d'un contrat de travail à durée déterminée, étant précisé qu'il revient aux parties de personnaliser le CDD. En effet, comme il s'agit d'un exemple type de contrat à durée déterminée, des zones vierges ont été insérées au sein de l'acte afin que les parties puissent apporter l'ensemble des éléments qui leur semblent nécessaires, le tout étant pour elles de s'approprier des termes du contrat.

Sommaire

Article 1 : Conditions de l'engagement

Article 2 : Durée et objet du contrat

Article 3 : Attributions et emploi

Article 4 : Période d’essai

Article 5 : Lieu d’exercice

Article 6 : Temps de travail

Article 7 : Rémunération

Article 8 : Congés payés

Article 9 : Obligations du salarié

Article 10 : Affiliations

Article 11 : Cotisations de retraite

Article 12 : Complémentaire santé

Article 13 : Retour à temps plein

Article 14 : Protection des données personnelles

Article 15 : Conditions particulières

Article 16 : Rupture anticipée pour faute grave ou force majeure

Article 17 : Fin du contrat

Article 18 : Loi applicable et litiges

Article 19 : Élection du domicile

Prévisualisation du document

Cette prévisualisation est à titre informative et ne prend pas en compte la mise en page de notre document. Seule la version téléchargeable de notre document est à jour et complète.

Commentaire : pour les personnes physiques

(Monsieur ou Madame nom et prénom), employeur, né(e) le (date) à (lieu de naissance), demeurant au (indiquer l'adresse), de nationalité (à préciser), immatriculé(e) à la sécurité sociale sous le n° (nombre).

Commentaire : pour les personnes morales

La société (nom de la société), au capital de (montant du capital) euros dont le siège social est à (ville), immatriculée au Registre du Commerce et des Sociétés de (ville), sous le numéro (numéro). Le représentant légal est (Monsieur ou Madame X) demeurant à (adresse).

Ci-après dénommée « L’employeur »,

D’une part,

Et,

(Monsieur ou Madame nom et prénom), salarié, né(e) le (date) à (lieu de naissance), demeurant au (indiquer l'adresse), de nationalité (à préciser), immatriculé(e) à la sécurité sociale sous le n°(nombre).

Ci-après dénommée « Le Salarié »,

D’autre part,

Il est convenu ce qui suit :

Préambule

La déclaration préalable à l'embauche de (Madame/Monsieur nom et prénom) a été effectuée à l'Urssaf de (ville) auprès de laquelle (nom de l’entreprise) est immatriculé sous le n°(nombre).

Article 1 – Conditions d'engagement

Commentaire : si une convention collective est applicable, écrire :

Le contrat de (Madame/Monsieur nom et prénom) est régi par la convention collective de (préciser) qui s’applique au sein de notre société, notamment en ce qui concerne les dispositions relatives aux congés payés et au préavis.

Commentaire : si aucune convention collective n’est applicable, écrire :

Le contrat de travail de (Madame/Monsieur nom et prénom) est régi par le Code du travail, notamment en ce qui concerne les dispositions relatives aux congés payés et au préavis.

(Madame/Monsieur nom et prénom) s’engage à se conformer au règlement intérieur dont il reçoit un exemplaire ce jour.

(Madame/Monsieur nom et prénom) s’engage à se conformer aux instructions de la direction en ce qui concerne les conditions d'exécution du travail, et à respecter les horaires de travail pratiqué par l'entreprise.

Article 2 - Durée et objet du contrat

L’entreprise (dénomination sociale) engage (Madame/Monsieur nom et prénom) afin de remplir les missions temporaires suivantes : (préciser).

Commentaire : si le contrat est conclu à terme imprécis, écrire :

Ce contrat est conclu pour une durée minimale de (durée). Il prend effet à compter du (date du premier jour du travail effectif).

Commentaire : si le contrat est conclu à terme précis, écrire :

Cet engagement est conclu pour une durée déterminée de (durée), il débute le (date), à (heure) et prend fin le (date).

Article 3 – Attributions et emploi

(Madame/Monsieur nom et prénom) est engagé(e) pour occuper l’emploi de (préciser) à l’indice (nombre), coefficient hiérarchique (préciser).

(Il/Elle) est chargé(e) de (préciser).

Commentaire : préciser si ce contrat est conclu dans le cadre d’un remplacement total ou partiel, d’un accroissement d’activité ou autre.

Commentaire : si cet emploi figure sur la liste des postes à risque, alors il faut le préciser.

Aussi, si un licenciement économique a eu lieu sur le même poste dans les 6 mois précédents alors il faut un accord du Comité Social Économique s’il existe.

Article 4 – Période d’essai

Le présent contrat prévoit une période d’essai d’une durée de (temps en jours, semaines, mois) conformément à (l’article L.1242-10 du Code du travail ou la convention collective) qui commencera le (date) et se terminera le (date).

Commentaire : si aucune convention collective ne prévoit de durée moindre : - 1 mois maximum si le contrat a une durée initiale de plus de 6 mois ;- 1 jour par semaine si le contrat a une durée initiale de 6 mois ou moins.

S'agissant d'une période de travail effectif, toute suspension qui l'affecterait (maladie, fermeture pour congés payés, etc.) la prolongerait d'une durée égale.

Commentaire : si la durée donnée ci-dessus est inférieure à 1 semaine, écrire :

Durant cette période d'essai, chacune des parties pourra mettre fin au contrat à tout moment, sans indemnité d'aucune sorte.

Commentaire : si la durée donnée ci-dessus est d'une semaine ou plus, écrire :

Durant cette période d'essai, l'entreprise pourra mettre fin au contrat sans indemnité, en respectant un délai de prévenance :

- De 24 heures si la durée de présence dans l'entreprise est inférieure à 8 jours ;

- De 48 heures de 8 jours à 1 mois de présence dans l'entreprise ;

- De 2 semaines après 1 mois de présence dans l'entreprise ;

- D'un mois après 3 mois de présence dans l'entreprise.

Article 5 - Lieu d’exercice

Commentaire : si le salarié est affecté à un lieu défini, écrire :

Le lieu de travail pour l’exécution du présent contrat est fixé à (adresse).

Commentaire : si le salarié est affecté au siège social, écrire :

Le lieu de travail pour l’exécution du présent contrat est fixé au siège de la société actuellement situé (adresse).

Commentaire : si le salarié est affecté à un établissement précis, écrire :

Le lieu de travail pour l’exécution du présent contrat est fixé à l’établissement (nom), actuellement situé (adresse).

Commentaire : si le salarié est affecté dans plusieurs établissements, écrire :

Le lieu de travail pour l’exécution du présent contrat est fixé aux différents établissements énumérés ci-après : (Préciser).

Commentaire : si le salarié est affecté à l’étranger, écrire :

Le lieu de travail pour l’exécution du présent contrat est fixé en (pays) à (adresse).

Article 6 – Temps de travail

6.1 Les horaires

Le présent contrat de travail est conclu à (temps partiel/temps complet).

Le salarié effectuera (nombre) heures par (mois ou semaine), qui seront réparties de la manière suivante : (préciser).

Une interruption d’activité sur une même journée sera de (nombre) heures, et ce selon les modalités suivantes : (préciser).

Commentaire : la durée journalière maximale de travail est de 10 heures et de 8 heures pour les jeunes.La durée hebdomadaire maximale de travail est de 24h et la mensuelle est de 104 heures.Une interruption d’horaires ne peut pas excéder les 2 heures.

Le calendrier ainsi prévu est le suivant : (à compléter)



Commentaire : dans le cas où les horaires ne seraient pas fixés par le contrat :

Les horaires de travail du salarié, pour chaque journée travaillée, seront communiqués au salarié par la remise d'un planning par (préciser par mail, courrier, logiciel de gestion du temps de travail, etc.), en respectant un délai de prévenance de (nombre de jours, semaines ou mois).

6.2 Modification de la répartition des horaires

Commentaire : à préciser si la faculté de modifier la répartition des horaires existe

La répartition des heures pourra faire l'objet d'une modification qui sera notifiée par écrit au salarié et ce (préciser le délai : 7 jours ou 3 jours si un accord collectif le prévoit) jours avant la date à laquelle la modification envisagée doit intervenir.

Conformément aux dispositions de l’article L.3123-12 du Code du travail, cette modification pourra faire l’objet d’un refus de la part du salarié, qui ne pourra pas constituer une faute ni un motif de licenciement.

Cette modification ne pourra être communiquée que par remise en main propre ou Lettre Recommandée avec Accusé de Réception.

Cette modification ne pourra consister qu'en (nature et limites de cette modification), et ne pourra intervenir que dans les cas suivants : (cas de modification des horaires).

6.3 Heures complémentaires

En cas de besoin de l’entreprise, le salarié pourra être amené à effectuer des heures complémentaires dans la limite de (nombre maximum) heures par (semaine ou mois).

Commentaire : cette limite ne saurait excéder 10 % de la durée du travail prévue au contrat mais une convention ou un accord collectif de branche étendu ou une convention ou un accord d'entreprise ou d'établissement peut porter cette limite à 1/3.

(Madame/Monsieur nom et prénom) sera informé 3 jours minimum avant leur exécution. Lorsqu' (il ou elle) est informé moins de 3 jours avant, (Madame/Monsieur nom et prénom) pourra refuser d'effectuer des heures complémentaires, sans que ce refus puisse constituer une faute ou un motif de licenciement.

Commentaire : si le nombre d'heures complémentaires ne peut excéder 1/10, préciser :

Chacune de ces heures complémentaires sera payée avec une majoration de salaire de (10 % ou plus s’il existe une disposition conventionnelle plus favorable).

Les heures complémentaires effectuées dans la limite du 1/10 seront payées avec une majoration de salaire de (10 % ou plus s’il existe une disposition conventionnelle plus favorable).

Commentaire : si le nombre d'heures complémentaires peut excéder 1/10, préciser :

Les heures complémentaires accomplies au-delà ouvrent droit à une majoration de salaire de (25 % ou moins si un accord de branche le prévoit).

6.4 Compléments d’heures

Commentaire : à préciser si un accord de branche étendu prévoit des compléments d’heures :

Le salarié, s’il est d’accord, pourra voir sa durée de travail augmenter temporairement, telle que cela est prévue dans le contrat. Cela peut être par le biais d'un avenant à son contrat dans les conditions prévues par l'accord de branche du (date de signature de l'accord) étendu le (date de publication au Journal Officiel de l'arrêté d'extension).

Les heures accomplies dans le cadre du complément d'heures ne sont pas soumises au régime juridique des heures complémentaires.

Article 7 – Rémunération

En contrepartie de l’accomplissement de ses fonctions, le salarié recevra une rémunération d’un montant de (préciser le montant) euros bruts tous les mois.

Il percevra les primes et indemnités qui sont (dues à tout le personnel / propres à sa catégorie professionnelle) proportionnellement à son temps de travail.

Conformément aux dispositions légales, le salarié est tenu informé de ses droits acquis en matière de repos compensateur sur son bulletin de paie. Le document indiquera le nombre d’heures supplémentaires accomplies, d’heures de repos compensateur auxquelles elles donnent droit ainsi que le nombre d’heures de repos attribuées.

Commentaire : si une convention collective prévoit les congés payés, indiquer :

Le salarié percevra en complément les avantages suivants : (préciser les avantages).

Article 8 – Congés payés

Commentaire : si aucune convention collective ne prévoit les congés payés, indiquer :

Le salarié bénéficie des congés payés prévus par la convention collective à l'article (à préciser). C'est à dire (préciser le nombre) jours ouvrables par an.

Le salarié a droit à 2,5 jours ouvrables de congés payés par mois de travail effectif.

La période de référence est fixée du (date) au (date) de l'année suivante.

Article 9 – Obligations du salarié

Le salarié s'engage à observer, tant pendant l'exécution qu'après la cessation du contrat, une discrétion professionnelle absolue pour tout ce qui concerne les faits ou informations dont il aura connaissance dans l'exercice ou à l'occasion de ses fonctions.

Le salarié s’oblige à respecter les prescriptions réglementaires en vigueur dans l'établissement.

Le salarié s’engage à se conformer aux directives et instructions émanant de la direction ou de son représentant.

Le salarié s’engage à ne pas exercer sous quelque forme que ce soit, une activité concurrente de celle de son employeur pendant toute l’exécution du présent contrat et s’engage à faire connaître toute modification le concernant dans les plus brefs délais.

Article 10 – Affiliations

Le salarié sera affilié à (préciser) et sera admis à compter de son engagement, au bénéfice du régime de retraite complémentaire.

Commentaire : si le salarié est affilié au régime de prévoyance complémentaire, ajouter :

Il sera également affilié au régime de prévoyance complémentaire géré par (nom et adresse).

Il bénéficiera également des avantages sociaux institués en faveur du personnel de l'entreprise.

Commentaire : si les parties optent pour le calcul des cotisations d'assurance vieillesse du régime général de la sécurité sociale sur la base d'un salaire à temps plein, indiquer :

Article 11 - Cotisations de retraite

(Madame/Monsieur nom et prénom) et l’entreprise (dénomination sociale) optent pour le maintien de l'assiette des cotisations vieillesse du régime général de sécurité sociale à hauteur du salaire correspondant à l'activité exercée à temps plein.

Commentaire : si les parties optent pour le calcul des cotisations d'assurance vieillesse du régime général de la Sécurité sociale et des régimes complémentaires de retraite sur la base d'un salaire à temps plein, remplacer par :

(Madame/Monsieur nom et prénom) et l’entreprise (dénomination sociale) sont convenus d'opter pour le maintien de l'assiette des cotisations vieillesse du régime général de sécurité sociale et des régimes complémentaires de retraite à hauteur du salaire correspondant à l'activité exercée à temps plein.

Cette option est applicable à compter du (date).

Les parties peuvent dénoncer l'option dans les conditions suivantes :

Commentaire : la dénonciation doit être notifiée à l'autre partie et mentionnée par avenant au contrat de travail. Il faudra attendre 5 ans pour pouvoir opter, à nouveau, pour ce dispositif.

- La dénonciation par (Madame/Monsieur nom et prénom) vaudra renonciation définitive au maintien de l'assiette des cotisations ;

- La dénonciation par l’entreprise (dénomination sociale) ne pourra intervenir avant l'expiration d'un délai de (minimum un an) à compter de la date d'effet de l'option.

Commentaire : si l'employeur souhaite prendre en charge le supplément de cotisation salariale, ajouter :

L’entreprise prendra en charge pendant une durée de (durée) et dans la limite de (pourcentage) %, le supplément de cotisation salariale induit par le calcul des cotisations d'assurance-vieillesse sur la rémunération à temps plein.

Article 12 – Complémentaire santé

L'employeur proposera au salarié une couverture complémentaire santé : (informations concernant la mutuelle).

Si le salarié souhaite bénéficier de la couverture complémentaire santé, l'employeur prendra à sa charge 50% du coût de la cotisation annuelle.

Commentaire : si le salarié est engagé en temps partiel, ajouter la clause suivante :

Article 13 – Retour à temps plein

Commentaire : si aucune disposition conventionnelle ne l’évoque, indiquer :

(Madame/Monsieur nom et prénom) bénéficiera, s'il le souhaite, d'une priorité pour l'attribution d'un emploi à temps plein entrant dans sa catégorie professionnelle ou d'un emploi équivalent qui serait disponible au sein de l’entreprise. La liste de ces emplois disponibles lui sera communiquée préalablement à leur attribution à d'autres personnes.

Dans le cas où (Madame/Monsieur nom et prénom) ferait acte de candidature à un emploi en temps plein, sa demande sera examinée et une réponse motivée lui sera faite dans un délai de (nombre) jours.

Commentaire : si une convention collective ou un accord de branche étendu prévoit la proposition d'un poste d'une catégorie différente :

(Madame/Monsieur nom et prénom) bénéficiera, s'il le souhaite, d'une priorité pour l'attribution d'un emploi à temps plein, qu'il soit ou non de sa catégorie professionnelle, qu'il soit ou non-équivalent, qui serait créé ou qui deviendrait vacant. La liste de ces emplois disponibles lui sera communiquée préalablement à leur attribution à d'autres personnes.

Dans le cas où (Madame/Monsieur nom et prénom) ferait acte de candidature à un emploi en temps plein, sa demande sera examinée et une réponse motivée lui sera faite dans un délai maximum de (nombre) jours.

Article 14 – Protection des données personnelles

Dans le cadre de l’emploi de (Madame/Monsieur nom et prénom) et de l'exécution de son contrat de travail, l’entreprise est amenée à collecter, utiliser et traiter des données personnelles afin de remplir au mieux ses obligations en matière de gestion du personnel et de déclarations aux organismes sociaux.

Conformément au Règlement Général sur la Protection des Données, (Madame/Monsieur nom et prénom) dispose d'un droit d'accès, de rectification, de portabilité, d'opposition et d'effacement de ses données ainsi que d'un droit à limitation du traitement de celles-ci.

Article 15 – Conditions particulières

Commentaire : peuvent être ajoutées des clauses sur le logement de fonction, le remboursement des frais, la mobilité, etc. :

Article 16 – Rupture anticipée pour faute grave ou force majeure

Chacune des deux parties se réserve mutuellement le droit de mettre fin au contrat immédiatement en cas de faute grave de l'autre partie ou de force majeure.

Aucune des parties au présent contrat ne peut être tenue responsable d’un événement de force majeure survenu de manière imprévisible irrésistible et extérieure échappant à la volonté des parties. En cas d’événement de force majeure subi par l’une des parties, cette dernière en informera au plus vite l’autre des parties par tout moyen de communication.

Commentaire : en cas de force majeure résultant d’un sinistre, le salarié peut bénéficier d’une indemnité compensatrice à charge de l’AGS.

En cas de faute grave du salarié, de rupture anticipée du fait du salarié ou de force majeure, l’employeur peut conclure immédiatement un autre contrat à durée déterminée de même objet.

Article 17 – Fin du contrat

Au terme convenu, le présent contrat prendra fin (de plein droit ou à date du date), sans formalité particulière.

L’employeur devra se conformer aux dispositions légales et conventionnelles applicables à la rupture du contrat.

La méconnaissance de ces dispositions entraînera l’ouverture du droit pour le salarié à des dommages et intérêts d’un montant égal aux rémunérations qu’il aurait perçues jusqu’au terme du contrat sans préjudice de l’indemnité prévue aux articles L.1243-1 et suivants du Code du travail.

Lorsque le contrat de travail à durée déterminée prendra fin, le salarié se verra remettre un certificat de travail, un reçu pour solde tout compte, ainsi qu'une attestation France Travail.

Commentaire : dans le cas où le salarié a acquis l’ancienneté nécessaire qui est d’un an et est devenu représentant du personnel alors une procédure spécifique s’appliquera.

Article 18 – Loi applicable et litiges

La loi applicable au présent contrat est la loi française.

Lorsqu’un litige survient, les parties chercheront en premier lieu un accord amiable.

À défaut d’accord et pour toute contestation des parties au contrat, les parties donnent compétence au Conseil des prud’hommes de (indiquer la ville).

Article 19 – Élection du domicile

Pour l'exécution du présent contrat, les parties font respectivement élection de leur domicile en leurs sièges sociaux ou adresses indiqués à la première page.

Toute modification de domicile devra être signifiée par les parties par lettre recommandée avec accusé de réception afin que cela lui soit opposable.

Fait à (ville), le (date), en (nombre) exemplaires originaux.

L’Employeur Le Salarié

« Lu et approuvé » « Lu et approuvé »

(Signature) (Signature)

×
Ce document est garanti à jour par notre équipe de juriste expérimentés
  • Ce modèle de document est garanti à jour le
    18juillet2024
  • Élaboré et veillé par nos juristes expérimentés
  • Garantie satisfait ou remboursé
×
Signez tous vos documents avec la solution Comod
  • Ce modèle de document peut être accompagné de notre système de signature éléctronique
  • Signature électronique disponible pour tous vos documents
  • Gagnez du temps avec notre signature électronique à valeur légale
×
Modèle de document au format Word, facile à personnaliser
  • Modèle de document entièrement éditable sous Word (format de fichier .docx)
  • Copiez-collez les contenus sans limite
  • Des commentaires dans les documents vous aident pour la compréhension de certains documents complexes