Contrat à Durée Indéterminée de Projet/Chantier (CDIC)

Garantie

Ce document est garanti à jour 15-06-2024

Signature>

Signez votre document éléctroniquement

Microsoft word

Format Word
modifiable

Contrat à Durée Indéterminée de Projet/Chantier (CDIC)
Télécharger
L'équipe juridique Comod

Ce document a été rédigé, puis est maintenu à jour par :

L'équipe juridique Comod

Icone juriste

Élaboré par des juristes expérimentés

Document éditable

Personnalisable selon vos besoins

Garantie

Garanti à jour et facile à utiliser pour tous

Base de données

Accès illimité à notre base de documents

Logo Comod

Signature électronique avec effet légal

Photo support client

Support client à votre écoute

C'est quoi la définition d'un contrat à durée indéterminée de fin de projet/chantier ?

Le CDIC, ou contrat à durée indéterminée de projet/chantier, est un type de contrat de travail conclu pour la réalisation d'un projet/chantier, d'un ouvrage ou d'une mission spécifique. Ce contrat est encadré par le Code du travail entre-autre aux articles L.1223-8 et suivants.

La spécificité de ce contrat réside dans le fait que le salarié est embauché pour une durée qui ne peut être déterminée à l'avance par l'employeur. Le contrat dure le temps que dure le projet/chantier pour lequel il est conclu. Il prend ainsi fin à l'achèvement de la mission. La souplesse et la flexibilité de ce type de contrat sont réellement avantageuses pour l'employeur comme pour le salarié.

Comment fonctionne le CDIC ?

Qui peut faire un CDIC ? Quelles sont les missions/projets d'un CDI de projet/chantier ?

Initialement réservé aux secteurs du bâtiment et de la construction navale, ce contrat peut désormais être utilisé dans tous les secteurs d'activité dès lors qu'une convention collective le permet et fixe les modalités de sa mise en œuvre. C'est pourquoi on parle aujourd'hui davantage de CDI de projet ou de CDI de mission. Ce type de contrat peut notamment être utilisé dans le domaine de l'ingénierie, l'informatique, la recherche universitaire ou encore le cinéma.

Le contrat de projet/chantier est-il obligatoirement un CDI ou peut-il être un CDD ?

Le contrat de projet/chantier est un contrat de nature hybride. En effet, il emprunte les caractéristiques à la fois du CDD et du CDI. Le salarié est embauché seulement pour le temps du projet/chantier, donc pour une mission déterminée. Toutefois, la durée du projet/chantier est généralement incertaine, de sorte que le contrat est conclu pour une durée indéterminée. En réalité, le contrat de projet/chantier emprunte toujours la nature juridique d'un CDI. En effet, le CDIC suit les règles juridiques applicables au CDI.

Quels sont les avantages et inconvénients du CDIC ?

Pourquoi faire un CDIC ?

Le CDIC présente de nombreux avantages à la fois pour le salarié et l’employeur :

  • Le flexibilité due à l’adaptabilité de la date de fin du contrat
  • La facilitation de l’embauche et du licenciement par rapport aux autres types de contrats
  • Les avantages d’un CDI traditionnel

Pourquoi ne pas faire un CDIC ?

Le CDIC présent aussi quelques inconvénients pour le salarié et l’employeur :

  • La procédure stricte encadrant l’embauche et le licenciement
  • L’incertitude face à laquelle le salarié peut se retrouver quant à la date à laquelle il se verra face à la fin de son contrat de travail ou quant à son salaire

Comment rompre/mettre fin à un CDIC ?

Quelles sont les conditions prévues par le code du travail pour mettre fin à un CDIC ? Quelles sont les modalités de rupture ?

La rupture d'un CDIC est encadrée par le Code du travail. Le contrat prend normalement fin lors de l'achèvement de l'opération. La rupture du contrat de projet/chantier prend alors la forme d'un licenciement. La procédure de licenciement est la même que dans le cadre d'un licenciement classique. Il pourra être mis fin au contrat pendant la période d'essai (d'une durée maximale de 2 mois). La rupture du CDIC est notifiée au salarié par lettre recommandée avec avis de réception et ce dernier est convoqué à un entretien préalable lors duquel les motifs du licenciement lui sont précisés qui doivent avoir un cause réelle et sérieuse. Ceci est prévu par les articles L.1232-2 et suivants du Code du travail.

Toutefois, le reclassement du salarié doit impérativement être recherché avant de recourir au licenciement. En effet, l'employeur a l'obligation de tenter de reclasser l'employé sur un autre projet/chantier. Le refus de reclassement par le salarié est cependant un motif de licenciement pour cause personnelle.

Par ailleurs, le salarié peut décider de rompre son contrat avant le terme. Dans ce cas, il doit respecter les règles de démission d'un CDI classique prévues par le Code du travail.

Est-ce possible de faire une rupture conventionnelle pour un CDIC ?

Non, cela n’est pas possible étant donné que par principe, ce type de contrat ne peut prendre fin que lorsque la mission est remplie par le salarié ou lorsque celui-ci prend la décision de démissionner.

Le salarié en CDIC a-t-il droit à une indemnité de licenciement ?

La rupture du CDIC ouvre droit au versement d'une indemnité de licenciement au profit du salarié. En effet, il bénéficie des mêmes droits que dans le cadre d'un CDI traditionnel. Le salarié peut également profiter d'une indemnité de préavis ou d'une indemnité compensatrice de congés payés. Il faudra se référer aux dispositions du contrat de travail, de la convention collective ou de l'accord collectif de branche et le cas échéant, le Code du travail. 

Le salarié a-t-il droit au chômage après un licenciement en CDIC ?

Lorsqu’un salarié en CDI de Projet/Chantier fait face à un licenciement, celui-ci a les mêmes droits qu’un salarié en CDI traditionnel. Ainsi, le salarié a le droit de bénéficier du chômage comme tout autre salarié licencié.

Quelles sont les modalités de rédaction d’un CDIC ?

Comment rédiger un CDIC ?

Afin de rédiger correctement un CDIC, il faut être le plus précis possible. La nature du contrat doit être clairement mentionnée et ce contrat devra prévoir des éléments essentiels tels que :

  • L'identité (nom précis, etc.)
  • Le poste
  • Les éléments de salaire
  • La périodicité de versement
  • Une clause de rupture prédéterminée par les parties
  • Etc.

Notre modèle de CDIC à télécharger

Vous trouverez en téléchargement un exemple type de CDIC à personnaliser et remplir en fonction de vos besoins. Au sein de ce document vous trouverez des commentaires et petites notes afin de vous aiguiller sur les bons mots à utiliser.

Sommaire

Article 1 : Objet du contrat

Article 2 : Qualifications et lieu de travail

Article 3 : Durée

Article 4 : Période d’essai

Article 5 : Rémunération

Article 6 : Obligations des parties

Article 7 : Protection sociale et retraite

Article 8 : Complémentaire santé

Article 9 : Congés payés

Article 10 : Confidentialité

Article 11 : Force majeure

Article 12 : Rupture du contrat

Article 13 : Loi applicable et litiges

Article 14 : Election du domicile

Prévisualisation du document

Cette prévisualisation est à titre informative et ne prend pas en compte la mise en page de notre document. Seule la version téléchargeable de notre document est à jour et complète.

Commentaire : pour les personnes physiques :

(Monsieur ou Madame X), employeur, né(e) le (date) à (lieu de naissance), demeurant au (indiquer l'adresse), de nationalité (à préciser), immatriculé(e) à la sécurité sociale sous le n° (nombre).

Commentaire : pour les personnes morales :

La société dénommée (dénomination sociale et forme juridique), au capital de (nombre) euros, ayant son siège à (adresse), immatriculée au Registre du Commerce et des Sociétés de (ville) sous le numéro (numéro), représentée par (Madame/Monsieur nom et prénom) ;

Ci-après dénommée « L’employeur »,

D’une part,

Et,

Le Salarié (Madame/Monsieur nom et prénom), demeurant à (adresse), né le (date) à (ville), de nationalité (préciser), dont le numéro de sécurité sociale est (numéro) ;

Ci-après dénommée « Le Salarié »,

D’autre part,

Il a été convenu ce qui suit :

Les parties ont convenu et arrêté ce qui suit :

Préambule

Le présent contrat de travail régit la relation de travail à durée indéterminée de (projet/chantier) entre la société (dénomination sociale) et (Madame/Monsieur nom et prénom).

Le présent contrat est soumis aux dispositions du Code du travail ainsi que de la convention collective (IDCC ou n° de broche et nom) et des accords collectifs applicables dans la Société.

La déclaration préalable à l’embauche a été effectuée auprès de l’Urssaf de (ville) auprès de laquelle (nom de l’entreprise) est immatriculé sous le n°(nombre).

Article 1 – Objet et durée du contrat

1.1 Objet du contrat

Le présent contrat prévoit les modalités d’exécution des missions du Salarié concernant le (projet/chantier) prévu pour : (préciser tous les détails du chantier ou projet, etc.).

Le présent contrat est soumis aux dispositions de (préciser : la convention collective ou accord de branche) identifiée sous le numéro (préciser l’identification) ainsi que les dispositions applicables aux contrats à durée indéterminée.

Commentaire : à défaut de convention collective, ou d’accord collectif de branche étendu applicable, en application des dispositions de l’article L. 1223-8 du Code du travail il convient d’utiliser les dispositions suivantes dans la mesure où le contrat est conclu dans les secteurs où son usage est habituel et conforme à l’exercice régulier de la profession qui y recourt au 1er janvier 2017.

La société (indiquer la dénomination sociale de la société) exerce son activité dans le secteur suivant, soit (préciser le secteur d’activité de la société), où son usage est habituel et conforme à l’exercice régulier de la profession au 1er janvier 2017.

Ainsi, le présent contrat s’avère être un contrat de (projet/chantier) conclu pour la durée du (projet/chantier) : (indiquer la nature du chantier en question, étant rappelé qu’il doit se situer dans un secteur où l’usage de ce contrat est habituel).

1.2 Durée du contrat

Le présent contrat est conclu pour la durée indéterminée du (projet/chantier), il prend effet en date du (date du premier jour de travail effectif) et prendra fin lorsque la mission précisée à l’article 1 du contrat sera achevée totalement.

Commentaire : il est possible de rajouter une phrase pour indiquer la durée prévisionnelle du chantier.

1.3 Période d’essai

Conformément aux dispositions légales (et conventionnelles si application d’une convention collective) applicables aux salariés, le présent contrat est conclu sous réserve d'une période d'essai de (nombre de jours, semaines, mois) au cours de laquelle il pourra être mis fin au contrat à tout moment, par l'une ou l'autre des parties, en respectant le délai de prévenance.

La période d'essai, si elle est suspendue pour quelque motif que ce soit, sera prolongée de manière équivalente à ladite suspension.

Commentaire : lorsque la convention collective prévoit un renouvellement de la période d’essai, écrire :

La période d'essai pourra être renouvelée pour une période de (préciser le nombre de jours, semaines ou mois).

Une quelconque rupture de la période d'essai pendant cette période devra être notifiée par écrit, par l'une ou l'autre des parties. Cet écrit sera remis en main propre contre une décharge, ou envoyé par courrier recommandé avec avis de réception.

A l'issue de la période d'essai, le présent contrat devient définitif.

Article 2 – Emploi et qualifications

Le salarié est engagé à compter du (date et heure) pour exercer les fonctions de (préciser).

(Madame/Monsieur nom et prénom) sera convoqué(e) pour une visite d'information et de prévention au sein du service de santé au travail.

Le descriptif des missions qui sont accordées (au/à la) Salarié(e) est annexé au présent contrat de travail à l'annexe (préciser).

Le Salarié a toutes les qualifications nécessaires à l’exercice des fonctions de (préciser les fonctions) requises pour l’emploi de (indiquer l’emploi), niveau (indiquer le niveau hiérarchique correspondant), et coefficient (indiquer le coefficient).

Le Salarié bénéficie d’un statut de (préciser le statut), et sera chargé des missions suivantes : (préciser les principales missions du Salarié).

Article 3 – Lieu de travail

Commentaire : si le salarié est affecté à un lieu défini, indiquer :

Le lieu de travail pour l’exécution du présent contrat est fixé à (adresse).

Commentaire : si le salarié est affecté au siège social, indiquer :

Le lieu de travail pour l’exécution du présent contrat est fixé au siège de la société actuellement situé (adresse).

Commentaire : si le salarié est affecté à un établissement précis, indiquer :

Le lieu de travail pour l’exécution du présent contrat est fixé à l’établissement (nom), actuellement situé (adresse).

Commentaire : si le salarié est affecté dans plusieurs établissements, indiquer :

Le lieu de travail pour l’exécution du présent contrat est fixé aux différents établissements énumérés ci-après : (Préciser).

Commentaire : si le salarié est affecté à l’étranger, indiquer :

Le lieu de travail pour l’exécution du présent contrat est fixé en (pays) à (adresse).

Article 4 – Temps de travail

4.1 Les horaires

Le présent contrat de travail est conclu à temps (complet/partiel).

Le salarié effectuera (nombre) heures par (mois ou semaine), qui seront réparties de la manière suivante : (préciser).

Commentaire : La durée hebdomadaire maximale de travail est de 48 heures sur une même semaine.La durée hebdomadaire minimale de travail est de 25 heures sur une même semaine.

Une interruption d’activité sur une même journée sera de (nombre) heures, et ce selon les modalités suivantes : (préciser).

Le calendrier ainsi prévu est le suivant : (à compléter)

Commentaire : dans le cas où les horaires ne seraient pas fixés par le contrat :

Les horaires du salarié, pour chaque journée travaillée, seront communiquées au salarié par la remise d'un planning par (préciser par mail, courrier, logiciel de gestion du temps de travail, etc.), un délai de prévenance de (nombre de jours, semaines ou mois) devra être respecté.

Commentaire : à préciser si la faculté de modifier la répartition des horaires existe :

4.2 Modification de la répartition des horaires

La répartition des heures pourra faire l'objet d'une modification qui sera notifiée par écrit au salarié et ce (préciser le délai : 7 jours ou 3 jours si un accord collectif le prévoit) jours avant la date à laquelle la modification envisagée doit intervenir.

Conformément aux dispositions de l’article L.3123-12 du Code du travail, cette modification pourra faire l’objet d’un refus de la part du salarié, qui ne pourra pas constituer une faute ni un motif de licenciement.

Cette modification ne pourra être communiquée que par remise en main propre ou Lettre Recommandée avec Accusé de Réception.

Cette modification ne pourra consister qu'en (nature et limites de cette modification), et ne pourra intervenir que dans les cas suivants : (cas de modification des horaires).

4.3 Heures complémentaires

En cas de besoin de l’entreprise, le salarié pourra être amené à effectuer des heures complémentaires dans la limite de (nombre maximum) heures par (semaine ou mois).

Commentaire : cette limite ne saurait excéder 10 % de la durée du travail prévue au contrat mais une convention ou un accord collectif de branche étendu ou une convention ou un accord d'entreprise ou d'établissement peut porter cette limite à 1/3.

(Madame/Monsieur nom et prénom) sera informé 3 jours minimum avant leur exécution. Lorsqu' (il ou elle) est informé(e) moins de 3 jours avant, (Madame/Monsieur nom et prénom) pourra refuser d'effectuer des heures complémentaires, sans que ce refus puisse constituer une faute ou un motif de licenciement.

Commentaire : si le nombre d'heures complémentaires ne peut excéder 1/10, préciser :

Chacune de ces heures complémentaires sera payée avec une majoration de salaire de (10 % ou plus s’il existe une disposition conventionnelle plus favorable).

Commentaire : si le nombre d'heures complémentaires peut excéder 1/10, préciser :

Les heures complémentaires effectuées dans la limite du 1/10 seront payées avec une majoration de salaire de (10 % ou plus s’il existe une disposition conventionnelle plus favorable).

Les heures complémentaires accomplies au-delà ouvrent droit à une majoration de salaire de (25 % ou moins si un accord de branche le prévoit).

4.4 Compléments d’heures

Commentaire : à préciser si un accord de branche étendu prévoit des compléments d’heures :

Le salarié, s’il est d’accord, pourra voir sa durée de travail augmenter temporairement, telle que cela est prévue dans le contrat. Cela peut être par le biais d'un avenant à son contrat dans les conditions prévues par l'accord de branche du (date de signature de l'accord) étendu le (date de publication au Journal Officiel de l'arrêté d'extension).

Les heures accomplies dans le cadre du complément d'heures ne sont pas soumises au régime juridique des heures complémentaires.

Article 5 – Absences

(Madame/Monsieur nom et prénom) bénéficie des absences prévues par la convention collective à l'article (préciser).

(Madame/Monsieur nom et prénom) s'engage à informer rapidement son employeur en cas d'absence ou empêchement. Cette absence, si elle résulte d'une maladie ou d'un accident, devra être justifiée par un certificat médical indiquant la durée de l'arrêt de travail adressée sous 48 heures.

Article 6 – Rémunération du salarié

La rémunération brute de (madame/monsieur nom et prénom) est de (à préciser) pour (préciser les heures) mensuelles, sur laquelle seront retenues les cotisations légales et conventionnelles.

Cette rémunération se verra augmentée des éléments suivants : (à préciser) (Ici il est nécessaire de préciser la nature et les modalités de calcul des éléments supplémentaires à la rémunération tels que la prime d'ancienneté, la prime de vacances, le treizième mois etc.)

De plus, (madame/monsieur nom et prénom) pourra bénéficier du remboursement de ses frais professionnels calculés de la manière suivante : (à préciser).

Article 7 – Congés payés

Le salarié bénéficie des congés payés prévus par la convention collective à l'article (préciser). C'est à dire (préciser le nombre) jours ouvrables par an.

Commentaire : si aucune convention collective ne prévoit les congés payés, indiquer :

Le salarié a droit à 2,5 jours ouvrables de congés payés par mois de travail effectif.

La période de référence est fixée du (date) au (date) de l'année suivante.

Article 8 – Ancienneté

L'ancienneté de (madame/monsieur nom et prénom) est calculée selon les dispositions de l'article (préciser) de la convention collective.

Article 9 – Obligations du Salarié

Le Salarié s’engage à exécuter ses missions et à tout mettre en œuvre pour que le (projet/chantier) soit achevé dans le respect des dispositions prévues au présent contrat.

Le Salarié s’engage à respecter les dispositions du règlement intérieur et toutes les règles de sécurité et de disciplines en vigueur dans l’entreprise de l’Employeur.

Le salarié s'engage à observer, tant pendant l'exécution qu'après la cessation du contrat, une discrétion professionnelle absolue pour tout ce qui concerne les faits ou informations dont il aura connaissance dans l'exercice ou à l'occasion de ses fonctions.

Le salarié s’oblige à respecter les prescriptions réglementaires en vigueur dans l'établissement.

Le salarié s’engage à se conformer aux directives et instructions émanant de la direction ou de son représentant.

En vertu du règlement général sur la protection des données en date du 27 avril 2016 (articles 12 à 13), (Madame/Monsieur nom et prénom) bénéficie des droits suivants : droits d’accès, droit de rectification, droit de portabilité et d’effacement des données, ou de limitation de l’utilisation de ces données. Par ailleurs, le/la Salarié(e) est en droit de s’opposer à l’utilisation de ces données pour des motifs légitimes.

(Madame/Monsieur nom et prénom) s'engage à informer l'Employeur de toute modification substantielle au présent contrat afin d'en revoir les modalités.

Conformément à la loi du 6 janvier 1978, le/la Salarié(e) dispose d’un droit d’accès et de rectification aux informations portées sur ce document.

Le/la Salarié(e) déclare n'être lié(e) à aucun autre employeur et être libre de tout engagement.

Le/la Salarié(e) s'engage à faire connaître sans délai, tout changement de situation le concernant.

Commentaire : à noter qu'en fonction de la relation entre les parties et des fonctions du salarié, il convient d'ajouter des clauses comme celles indiquées ci-dessous : Clause de mise à disposition d'un véhicule de fonction ;Clause de discrétion et de confidentialité ;Clause de mobilité ;Clause de non-concurrence ;Clause d'exclusivité.

Article 10 – Obligation de non-concurrence

Commentaire : la clause de non concurrence est facultative.

A la cessation du contrat, quelle qu'en soit la cause ou l'auteur, le/la Salarié(e) s'engage à n'exercer à son compte, ou au service d'une autre personne physique ou morale, aucune activité susceptible de concurrencer celle de l'employeur. Il/Elle s'engage à ne s'intéresser directement ou indirectement à aucune affaire ou entreprise exerçant une activité concurrente. Cet engagement de non-concurrence est limité aux activités suivantes : (nature des activités prohibées).

Cette obligation s'appliquera pendant une durée de (durée) à compter de l'expiration du présent contrat.

Cette interdiction s’étendra aux territoires suivants : (zone géographique définie)

En cas de violation de cette obligation, l'entreprise sera en droit de réclamer, outre la cessation immédiate de l'activité litigieuse, le versement de dommages et intérêts au titre de la réparation du préjudice.

En contrepartie de cette obligation, l'employeur s'engage à verser au salarié, après l'expiration du contrat, une indemnité mensuelle égale à (montant).

Article 11 – Affiliations

Le salarié sera affilié à (préciser) et sera admis à compter de son engagement, au bénéfice du régime de retraite complémentaire :

Commentaire : si le salarié est affilié au régime de prévoyance complémentaire, ajouter :

Il sera également affilié au régime de prévoyance complémentaire géré par (nom et adresse).

Commentaire : si les parties optent pour le calcul des cotisations d'assurance vieillesse du régime général de la sécurité sociale sur la base d'un salaire à temps plein, indiquer :

Il bénéficiera également des avantages sociaux institués en faveur du personnel de l'entreprise.

Article 12 - Cotisations de retraite

(Madame/Monsieur nom et prénom) et l’entreprise (dénomination sociale) optent pour le maintien de l'assiette des cotisations vieillesse du régime général de sécurité sociale à hauteur du salaire correspondant à l'activité exercée à temps plein.

Commentaire : si les parties optent pour le calcul des cotisations d'assurance vieillesse du régime général de la Sécurité sociale et des régimes complémentaires de retraite sur la base d'un salaire à temps plein, remplacer par :

(Madame/Monsieur nom et prénom) et l’entreprise (dénomination sociale) sont convenus d'opter pour le maintien de l'assiette des cotisations vieillesse du régime général de sécurité sociale et des régimes complémentaires de retraite à hauteur du salaire correspondant à l'activité exercée à temps plein.

Cette option est applicable à compter du (date).

Les parties peuvent dénoncer l'option dans les conditions suivantes :

La dénonciation par (Madame/Monsieur nom et prénom) vaudra renonciation définitive au maintien de l'assiette des cotisations ;

Commentaire : la dénonciation doit être notifiée à l'autre partie et mentionnée par avenant au contrat de travail. Il faudra attendre 5 ans pour opter, à nouveau, pour ce dispositif.

La dénonciation par l’entreprise (dénomination sociale) ne pourra intervenir avant l'expiration d'un délai de (minimum un an) à compter de la date d'effet de l'option.

Commentaire : si l'employeur souhaite prendre en charge le supplément de cotisation salariale, ajouter :

L’entreprise prendra en charge pendant une durée de (durée) et dans la limite de (pourcentage) %, le supplément de cotisation salariale induit par le calcul des cotisations d'assurance-vieillesse sur la rémunération à temps plein.

Article 13 – Complémentaire santé

L'employeur proposera au salarié une couverture complémentaire santé : (informations concernant la mutuelle).

Commentaire : si aucune disposition conventionnelle ne l’évoque, indiquer :

Si le salarié souhaite bénéficier de la couverture complémentaire santé, l'employeur prendra à sa charge 50% du coût de la cotisation annuelle.

Article 14 – Protection des données personnelles

Dans le cadre de l’emploi de (Madame/Monsieur nom et prénom) et de l'exécution de son contrat de travail, l’entreprise est amenée à collecter, utiliser et traiter des données personnelles afin de remplir au mieux ses obligations en matière de gestion du personnel et de déclarations aux organismes sociaux.

Conformément au Règlement Général sur la Protection des Données, (Madame/Monsieur nom et prénom) dispose d'un droit d'accès, de rectification, de portabilité, d'opposition et d'effacement de ses données ainsi que d'un droit à limitation du traitement de celles-ci.

Article 15 – Conditions particulières

Commentaire : peuvent être ajoutées des clauses sur le logement de fonction, le remboursement des frais, la mobilité, etc. :

Article 16 – Force majeure

Aucune des parties au présent contrat ne peut être tenue responsable d’un évènement de force majeure survenu de manière imprévisible, irrésistible et extérieure échappant à la volonté des parties.

En cas d’évènement de force majeure subi par l’une des parties, cette dernière en informera au plus vite l’autre des parties par tout moyen de communication.

Article 17 – Rupture du contrat

A la fin du (projet/chantier) intervient la rupture du contrat de (projet/chantier). Cette rupture repose à cet effet sur une cause réelle et sérieuse.

A l’issue du contrat de (projet/chantier), le Salarié bénéficiera d’une priorité de réembauchage.

En cas de réembauche du Salarié par l’Employeur, il conviendra de se référer aux règles prévues par (la convention collective applicable ou l’accord collectif).

Lorsque l’Employeur sera dans l’impossibilité de réembaucher le Salarié pour un autre (projet/chantier), l’Employeur procédera au licenciement du Salarié dans les mêmes modalités qu’un licenciement pour motif personnel. Dans ce cas, le salarié aura donc droit à une indemnité de licenciement sauf faute grave.

Le Salarié pourra rompre le présent contrat s’il le souhaite dans le respect des conditions prévues par (préciser : la convention collective, ou l’accord de branche, ou les dispositions légales) et donc sous réserve d’un préavis de (préciser la durée du préavis de rupture).

Article 18 – Loi applicable et litiges

La loi applicable au présent contrat est la loi française.

Lorsqu’un litige survient, les parties chercheront en premier lieu un accord amiable.

À défaut d’accord et pour toute contestation des parties au contrat, les parties donnent compétence au Conseil de prud’hommes de (indiquer la ville).

Article 19 – Élection du domicile

Pour l'exécution du présent contrat, les parties font respectivement élection de leur domicile en leurs sièges sociaux ou adresses indiquées à la première page.

Toute modification de domicile devra être signifiée par les parties par lettre recommandée avec accusé de réception afin que cela lui soit opposable.

Fait à (lieu), le (date), en (nombre) exemplaires.

Signatures

« Lu et approuvé »

×
Ce document est garanti à jour par notre équipe de juriste expérimentés
  • Ce modèle de document est garanti à jour le
    15juin2024
  • Élaboré et veillé par nos juristes expérimentés
  • Garantie satisfait ou remboursé
×
Signez tous vos documents avec la solution Comod
  • Ce modèle de document peut être accompagné de notre système de signature éléctronique
  • Signature électronique disponible pour tous vos documents
  • Gagnez du temps avec notre signature électronique à valeur légale
×
Modèle de document au format Word, facile à personnaliser
  • Modèle de document entièrement éditable sous Word (format de fichier .docx)
  • Copiez-collez les contenus sans limite
  • Des commentaires dans les documents vous aident pour la compréhension de certains documents complexes